___________________________________________________________________________________

ÉDITO 2004

La quatrième édition du Festival International de Vidéo Expérimentale Images Contre Nature se place sous le signe de la diversité.
Les 200 vidéos reçues couvrent quatre continents. 36 d’entre elles forment la sélection, réparties en cinq programmes projetés deux fois dans la semaine - Espace – Temps – Perception – Mouvement – Sens. Par souci d’équité, et afin de suivre nos raisonnements quant à la désignation d’un film comme expérimental, une vidéothèque à la carte présente les vidéos non sélectionnées. Elles ne sont pas sans qualité mais à l’origine même de l’agencement des programmes. Nous ne répondons pas à l’ordre général de la compétition.
Plus sujet à controverse et bien moins dirigiste est d’aborder l’image par le biais de la sensation, une sensation particulière, celle que l’on ne comprend pas. De fait, les notions de plaisir et de déplaisir ne permettent plus de qualifier une oeuvre. Si le plaisir et le déplaisir se classent dans des critères invalides alors la communauté des sentiments disparaît. La fonction mimétique se volatilise. Le film impressionne contre toute attente. Les baguenaudes du spectateur ne reposent plus sur le contentement, plutôt sur la stupéfaction. On ne parle plus des films mais à partir des films, soit d’autre chose que d’histoires. Ainsi, l’expérimental ouvre sur les écarts de lecture. L’une derrière l’autre les images construisent des objets à interpréter. Et plus encore, l’effacement du sujet, propre à l’identification comme à l’illustration, mène à l’indifférenciation. Rien ne permet de faire valoir une signification plus qu’une autre. L’oeuvre ne délimite pas l’environnement de celui qui la regarde.Cela suppose une déconfiture des a priori. En pratique, cette recherche formelle ne résulte ni d’une application technique ni d’une esthétique ; elle provoque des catégories subjectives et des perceptions délicates.
Si le terme «expérimental» organise la sélection, il devient aussi prétexte à convier d’autres programmateurs, d’autres formes artistiques afin d’en compléter ou non la définition. Sous l’intitulé de Carte Grise, la F+F Schule für Kunst und Mediendesign de Zurich, le Collectif Jeune Cinéma de Paris, les Inattendus de Lyon et Polly Maggoo de Marseille proposeront leur programmation en contrepoint. Winnie j et JL. alias naufragés volontaires cie donneront du cinéma pour l’oreille et présenteront leurs installations. Les photographies de Olivier de Sépibus seront à voir aussi bien sur cimaise qu’en projection, accompagnées de la poésie de Habib Tengour et en collaboration avec Ian Harris et Éric Leconte. De la danse, avec Julia Poggi, complète l’entrecroisement visuel et auditif. Rien ne bouge sauf les films. Le Festival se tiendra du 29 juin au 3 juillet 2004 aux Lices, au Videodrome et à la Maison Orangina.
H.B.